L’unicité d’une empreinte digitale colorée.

ITALY

ITALY

Roma
--
Marco Coccettini
Doctors Brush

Je m’appelle Marco Coccettini, j’habite à Rome et je suis peintre aérographe de motos. Pour le devenir, j’ai dû apprendre beaucoup de choses, mais pas dans les livres. Les livres, qui m’auraient amené à devenir ingénieur, je les ai abandonnés il y a 22 ans, quand j’ai préféré suivre un art qui est une expérimentation continue. La passion pour le dessin était là dès l’école primaire. Puis, après avoir quitté l’université, j’ai commencé à le décliner sur des modèles réduits de voitures avec des pinceaux. Alors, à la recherche de la technique parfaite, je suis passé à l’aérographe. Cela m’a ouvert un monde de possibilités : de l’illustration graphique, je suis passé à l’hyperréalisme et de là à la peinture personnalisée sur de vraies motos.

Aujourd’hui, je travaille sur les Ducati, les Honda et plus particulièrement les Harley Davidson : l’objectif est de les transformer en pièces uniques. Je commence à 7 heures du matin sans savoir quand je finirai. J’aime la sensation que je ressens quand je vois les gens se mettre en route et s’envoler, sur quelque chose qui leur est propre, quelque chose que j’ai fait : une empreinte digitale colorée.

Il ne s’agit pas uniquement d’art et de technique, mais également de psychologie. Je commence généralement par des thèmes que les clients ne font que suggérer. Ils me donnent carte blanche et font confiance à mes capacités.

D’autres fois, même si j’ai des indications précises, je dois entrer un peu dans la tête du client, dans sa façon de vivre le véhicule : les dessins et les graphiques sont le produit d’une harmonie. Après la première rencontre, ils me harcèlent d’appels téléphoniques et de demandes de photos, mais je ne cède jamais : j’aime laisser planer une auréole de mystère jusqu’à la livraison, car la véritable récompense réside dans le regard qu’ils m’adressent lorsque je dépasse leurs attentes.

L’aspect économique ne m’intéresse pas, je préfère le visage du client. Je me sens bien quand il sourit. Et je souris aussi, avec toute la palette de couleurs sur les vêtements.

Sale ? Non, coloré et heureux.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE DIKE!