L’unicité d’un voyage dans le temps qui devient un dialogue entre passé et présent.

SWITZERLAND

SWITZERLAND

Haldenstein, Gässli
--
Jürg Spadin
Archäologischer Dienst Graubünden

Je m’appelle Joerg Spadin et je suis archéologue, mais je préfère me considérer comme un voyageur dans le temps : une sorte d’Indiana Jones à la recherche des trésors du passé. Le plus grand trésor, cependant, est le vertige que je ressens quand je sens que mon présent et l’histoire se chevauchent : d’une part, la recherche de ceux qui étudient une culture qui n’existe plus, de l’autre la vie qui a créé cette culture.

Je pense que l’essence des hommes réside dans les traces qu’ils laissent pendant leur vie. C’est pourquoi je considère mon travail comme une opportunité pour voyager dans une dimension unique, ouvrant un dialogue entre des âges différents, très lointains et proches.

Je vis dans le canton des Grisons, en Suisse, où je travaille depuis 1998. Depuis 2006, je suis directeur des fouilles d’une équipe d’archéologues avec qui je partage ma passion pour chaque petite trace d’époques lointaines.

Nous voyageons ensemble dans le temps, avec la rigueur de la méthode scientifique. Et j’exige la rigueur de mes collaborateurs : dans les évaluations, dans les procédures de classification, dans la production de conclusions, dans la recherche. La condition préalable à un résultat valide est l’exactitude du travail, dans toutes ses phases.

Généralement, on nous signale un site potentiel, un mur, un objet fait à la main : à ce stade, nous effectuons une inspection, vérifions l’emplacement et décidons s’il convient d’installer un chantier. Nous produisons toujours une documentation photographique des restes archéologiques, nous les débarrassons des débris, nous les nettoyons, nous les cataloguons et les recollons. De cette façon, nous les rendons à la vie, au cours du présent qui étudie le passé pour mieux comprendre l’aventure de l’homme sur terre.

Tout le matériel produit une documentation volumineuse qui reste à la disposition des autres chercheurs : parce que la science est partagée.

Les histoires, les gens, les cultures et les langues ont toujours été intimement liés : la plus grande richesse est d’en connaître les détails.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE DIKE!