L’unicité des rythmes de la terre à savourer avec un partenaire privilégié.

FRANCE

FRANCE

Cheilly-lès-Maranges

Jérémy Bairon
Domaine Chevrot et Fils
www.chevrot.fr

Je travaille dans le vignoble Chevrot à Cheilly-lès-Maranges, en Bourgogne, à mi-chemin entre la Méditerranée et l’Atlantique.

Mon travail aussi est à mi-chemin entre deux passions, une pour les vignes et une pour les chevaux.

Peut-être est-il plus correct de dire que mon travail réunit les deux passions : je travaille la terre à l’aide d’une magnifique cheval, Corleone.

Il y a des années, lors d’un long voyage en Nouvelle-Zélande, j’ai appris à explorer de nouveaux endroits à cheval. J’étais enthousiasmé par le sujet, à tel point qu’à mon retour en France, j’ai suivi une formation spécifique et me suis consacré entièrement au tourisme équestre.

Chaque retour a du sens, s’il vous enrichit : je suis revenu à ma place, l’odeur âpre et douce des vignobles, aux couleurs d’une terre unique, et toutes ces sensations m’ont été transmises sans filtres. J’avais décidé d’utiliser le cheval pour travailler les vignobles.

Sur le dos d’un cheval, la perception du paysage est différente. Vous pouvez travailler dans des endroits difficiles pour un tracteur et vous sentez en même temps que la terre n’est pas pressée mais faite pour vivre.

J’ai appris à respecter la Terre, en suivant ses cycles de performance, ses limites naturelles. Avec les machines, vous pouvez forcer le temps et la productivité, en établissant des programmes et des objectifs rigides, avec le cheval non.

C’est un être vivant, lui aussi avec ses limites, son caractère, ses bons et ses mauvais jours. Vous devez savoir l’écouter, comprendre son comportement, vous devez l’éduquer tous les jours, car les relations avec les êtres vivants sont un voyage avec des règles et des événements inattendus.

Le cheval a des ressources, je dois être flexible, le respecter. Et il doit me respecter.

Nous travaillons ensemble, les rôles hiérarchiques ne doivent pas se chevaucher. C’est aussi l’harmonie, car le bon vin vient du respect de la terre, des vignes, des êtres vivants qui travaillent.

À mi-chemin entre la Méditerranée et l’Atlantique, j’observe et respire les saisons à dos de cheval.

Le ciel change, la lumière change, Corleone et moi suivons cette danse unique, qui se termine dans des verres, partout dans le monde.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE DIKE!