L’art du forgeage. L’histoire d’une ville, la tradition de toujours.

Notre histoire est l’histoire de notre ville : Maniago, la ville du couteau. On dirait le nom d’une légende, et c’est pourtant la réalité. Car chez nous le couteau n’est pas seulement une lame. C’est une idée. Une idée que les couteliers de Maniago poursuivent depuis des temps très anciens. Depuis qu’au XVème siècle, la Sérénissime République de Venise ravitaillait ses troupes avec les lames de nos coutelleries, connues partout en Europe pour leur maitrise artisanale hors de portée.

Le travail du fer n’est pas chose commune. Une pièce de métal brute prend forme à partir de la pensée. De la volonté d’un maître. De ses mains expertes, capables de la forger du rouge informe et incandescent, au gris lisse et brillant d’une pièce unique. Plus qu’une lame : l’essence de la coutellerie de Maniago.

Bien entendu, notre entreprise n’est pas aussi ancienne que la tradition de notre ville. Mais son origine vient de là. Giusto Grisostolo, notre fondateur, commence en 1949, en produisant des couteaux de poche. Une petite activité d’une autre époque. Une époque pendant laquelle l’industrie existait, mais où elle n’était pas le colosse d’aujourd’hui, et où un petit artisan pouvait prospérer, si son travail était fait avec abondance

Ainsi, au bout de 20 ans de couteaux de poche, Giusto élargit sa production au forgeage à chaud de couteaux de tout type pour les plus grandes entreprises du monde entier, mais sans jamais oublier ses origines. C’est la naissance officielle de notre entreprise : Icar. Une entreprise artisanale aux dimensions industrielles. Une entreprise qui n’a jamais cessé de poursuivre cette idée qui depuis des siècles titille les esprits des couteliers de Maniago : le couteau parfait.

Chez Icar, nous avons au fur et à mesure élargi notre production et forgeons aujourd’hui de tout. Car les idées peuvent avoir plusieurs formes : ciseaux, pioches, outils pour maréchaux-ferrants...des formes uniques, provenant de la tête de professionnels et passionnés stimulés par l’amour pour un métier ou un sport, jusqu’à la conception d’une idée : une idée d’outil parfait qui attend juste de prendre forme.

Ils viennent nous voir avec cette idée et nous la transmettons à nos artisans, des maîtres forgerons très habiles capables d’écouter et de comprendre chaque détail et de leur faire. Comme un enfant, leur idée grandit à l’intérieur d’Icar. Il acquiert son corps. Unique, parfait, sur mesure de son propriétaire naturel. Il fait partie de lui. Comme un enfant pour son père.

Chez Icar nous ne forgeons pas des couteaux, des ciseaux ou des canifs communs. Chez Icar nous forgeons des idées.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE DIKE!